Catégories
Diaphragme
8 mars 2019 Laura

Est ce que le diaphragme gène pendant les rapports sexuels ?

Est-ce-que-le-diaphragme-gene-pendant-les-rapports-sexuels

Je suppose que pour vous cette question à son importance si vous souhaitez reprendre en main votre contraception. Pour moi, le diaphragme à taille unique sait se faire discret lors des moments intimes. Je vous donne, ici, toutes les informations relatives à cette méthode contraceptive pour vous permettre de vivre votre propre expérience en toute sérénité.

Bien poser le diaphragme à taille unique, une étape clé

Avant de mettre le diaphragme, je vous conseille de prendre quelques minutes pour repérer votre col de l’utérus, ainsi que votre os pubien à l’intérieur de votre vagin avec votre index. Car ce sont les deux zones qui assurent la bonne position de ce dispositif. Lors de la première utilisation, savonner et rincer le diaphragme. Ce petit geste d’entretien sera à reproduire après chaque utilisation.

laver le caya

Le diaphragme à taille unique est simple à positionner. Il a été étudié pour s’adapter à la grande majorité des morphologies féminines. Pour être plus précise, il convient à 97.3 % de ces utilisatrices.

Le diaphragme doit couvrir entièrement le col, et l’encoche de retrait se positionne derrière l’os pubien.

S’il est installé correctement, il ne gêne pas non plus durant les six heures où il doit être maintenu en place après le rapport… Libre à vous alors de vaquer à vos occupations sans vous soucier de lui.

Pourquoi je trouve le diaphragme à taille unique confortable ?

D’abord parce qu’il est simple à utiliser. Ayant déjà mis une coupe menstruelle, l'application du diaphragme à taille unique est, dans mon cas, aussi rapide et les manipulations assez similaires. Je peux l'installer deux heures avant le rapport, ou quelques minutes (voire secondes) avant. Ce qui me permet d’adapter ma contraception à ma libido. Il faut juste vérifier qu’il soit correctement placé, mais ce petit contrôle peut intégrer des préliminaires avec un peu d’imagination. Pour l’enlever, il suffit de glisser un doigt dans l’encoche de retrait et de tirer légèrement. C’est également rapide et sans gêne.

 

Insertion du diaphragme caya   retrait du diaphragme caya

Je l'ai aussi choisi et utilisé immédiatement. J’ai simplement fait vérifier la pose à la sage-femme qui me l’avait prescrit. Avec un examen simple, elle a pu constater que je le positionnai correctement, qu’il recouvrait bien mon col et qu’il ne bougeait pas. Pour cela, elle m’a fait faire des mouvements (m’accroupir, soulever un poids, etc.) ce qui permet de s’assurer que le diaphragme soit bien « calé ».

Une fois en place, il sait se faire oublier, et c’est plutôt agréable. Il permet aux rapports de conserver leur aspect chaleureux. D’abord parce que contrairement au préservatif, dès qu'il est positionné, il ne bouge plus. Il ne risque pas de craquer, de glisser. Il offre la possibilité d’avoir plusieurs rapports consécutifs. Il suffit de remettre un peu de gel à l’aide de l’applicateur sans retirer le diaphragme dans un vagin. De même, le fait de le garder en place après, ne représente pas pour moi une contrainte.

Son aspect réutilisable en fait pour moi la méthode barrière la plus écologique.

C’est pour ces raisons que j’ai décidé d’abandonner le préservatif. Avec un niveau de fiabilité équivalent, le diaphragme m’a permis de retrouver des rapports plus spontanés, et plus authentiques.

Vous craignez que votre homme le sente ?

Le diaphragme à taille unique est censé être imperceptible, aussi bien pour vous que pour votre homme. Je n’ai pas connaissance de cas de couples ayant vécu des sensations aussi désagréables qu’avec les préservatifs. Mais le mieux pour vous faire votre propre idée est peut-être de l'essayer.

Vous souhaitez choisir le diaphragme comme moyen de contraception ?

Retrouvez le via notre site Bivea Médical

En savoir plus

Article précédent Article suivant

A propos de l'auteur

Laura

Salut, je m’appelle Laura et ma philosophie de vie est « Essaye, tu n’as rien à perdre ». Depuis quelques années, j’ai fini les études et je me suis lancée dans la vie active. Pas toujours évident de concilier travail, amis, famille et amour. Et quand on trouve finalement un équilibre, les gens nous posent toujours les mêmes questions : « Laura, toujours pas de petit copain ? », « Laura, à quand les enfants ? ». Difficile d’expliquer à ses proches que je n’en veux pas, tout simplement. J’ai envie de partager avec vous mon vécu en tant que femme et mon burn-out de cette pression sociale constante.