Catégories
Santé
21 novembre 2018 Laura

Vous avez dit contraception pour les hommes ?

Cinq méthodes contraceptives pour hommes sont aujourd’hui disponibles. Injections hormonales, préservatifs, vasectomie, retrait et solution thermique sont les seules réponses pour les hommes qui souhaitent prendre en charge leur fertilité. Sont-elles restrictives ? Pensez-vous que les hommes peuvent s’impliquer dans les choix contraceptifs ?

Contraception pour les hommes : la méthode hormonale

Considérée comme efficace, la contraception hormonale masculine existe. Elle est pratiquée par un seul médecin en France, qui associe un progestatif, et un dérivé de testostérone : l’énanthate de testostérone. Cette hormone stéroïdienne est utilisée depuis des décennies chez les individus souffrant de déficience hormonale.

L’Organisation Mondiale de la Santé limite ce traitement à un an et demi. De plus, il n’est accessible qu’aux hommes âgés de 25 à 45 ans, ne souffrant pas de troubles vasculaires, sans antécédents médicaux et non-fumeurs... Ce qui réduit le nombre de bénéficiaires. Une injection hebdomadaire d’hormones de synthèse est nécessaire. La contraception devient effective dans les trois premiers mois.

L'explication : en augmentant de manière artificielle, le taux de testostérone dans le sang, le corps stoppe la production de spermatozoïdes. L’efficacité est vérifiée par des spermogrammes. Pour retrouver sa fertilité, monsieur devra attendre environ 12 semaines.

Les effets secondaires sont identiques à ceux des contraceptifs hormonaux « féminins » :

  • Trouble de la libido, pouvant aller jusqu’à l’hypersexualité
  • Acné
  • Prise de poids
  • Troubles de l’humeur, agressivité
  • Hypertension
  • Perturbations du sommeil
  • Dépression

Le préservatif, la contraception masculine la plus répandue

Cette enveloppe de polyuréthane, ou de latex retient les spermatozoïdes. Comme le diaphragme, il bloque leur progression. L’efficacité du préservatif réside dans son utilisation. Même si elle est indispensable pour vous protéger des infections sexuellement transmissibles, il est souvent conseillé de l’associer à un autre moyen de contraception. Il est rarement choisi par les couples installés, car il entrave le plaisir des deux partenaires.

Vasectomie : la contraception définitive pour les hommes

Très fiable, la stérilisation masculine s’adresse depuis la loi du 4 juillet 2001 à tous les hommes qui ont « exprimé une volonté libre, motivée et délibérée en considération d’une information claire et complète sur ses conséquences ». Toutefois, la démarche pour y accéder est assez longue.  Après une première consultation, un délai de réflexion quatre mois est obligatoire. Lors d’une seconde visite, une confirmation écrite sera demandée. C’est une fois ces démarches effectuées qu'un rendez-vous sera proposé pour l'intervention chirurgicale.

Cette dernière dure en général moins de 30 minutes, sous anesthésie locale. Comme pour la contraception masculine hormonale, la vasectomie devient effective environ trois mois après l’opération. La ligature des canaux déférents n’a pas d’incidence sur la fonction érectile ou la libido, uniquement sur les propriétés fécondantes du sperme. Elle est rarement réversible. Là encore, un spermogramme est effectué pour contrôler l’efficacité de la vasectomie.

Les autres solutions contraceptives pour hommes

  • La méthode thermique ou le retrait ne sont pas reconnus pour leur efficacité. La première technique consiste à faire remonter les testicules près du corps à l’aide d’un slip spécifique. En suivant un protocole établi et en positionnant correctement les testicules au contact du corps, la production de gamètes mâles chute sous l’effet de la chaleur. Un seul médecin conseille ce type de contraception masculine. 
  • La méthode du retrait ou coït interrompu n’est pas fiable pour plusieurs raisons. D’abord parce que le liquide pré-séminal peut contenir des spermatozoïdes et parce que l’homme ne peut pas toujours contrôler son éjaculation.
  • Le Vasalgel a défrayé la chronique l’année dernière. Il s’agit d’un polymère injecté directement dans le canal déférent et qui consiste à bloquer le passage des spermatozoïdes pendant plusieurs mois. À ce jour, cette technique en est au stade expérimental.

Comme vous avez pu le constater, ces messieurs sont assez limités dans leur choix contraceptif. Et même si les modes de pensées changent, et que votre concubin souhaite partager cette charge mentale conjugale, les solutions qui lui sont proposées sont soit :

  • Irréversibles
  • Lourdes en effets secondaires

La prise en charge commune de la contraception a souvent pour objectif :

  • D’unir le couple
  • De le rendre acteur de son désir ou non-désir d’enfant

De plus en plus d’hommes sont enclins à partager la responsabilité contraceptive avec leur partenaire et il existe des méthodes qui permettent de les impliquer. La méthode symptothermique permet ce partage contraceptif. Si elle est réalisée à l'aide de Cyclotest MyWay, elle est fiable et donne à votre partenaire la possibilité de comprendre le cycle féminin. Une vision commune de la contraception ne vous semble-t-elle pas plus juste ? Est-elle selon vous une histoire d’hommes ou de femmes uniquement ?

Article suivant

A propos de l'auteur

Laura

Salut, je m’appelle Laura et ma philosophie de vie est « Essaye, tu n’as rien à perdre ». Depuis quelques années, j’ai fini les études et je me suis lancée dans la vie active. Pas toujours évident de concilier travail, amis, famille et amour. Et quand on trouve finalement un équilibre, les gens nous posent toujours les mêmes questions : « Laura, toujours pas de petit copain ? », « Laura, à quand les enfants ? ». Difficile d’expliquer à ses proches que je n’en veux pas, tout simplement. J’ai envie de partager avec vous mon vécu en tant que femme et mon burn-out de cette pression sociale constante.