Catégories
Contraception naturelle
14 février 2019 Olivia

La stérilisation : une autre méthode contraceptive

La médecine propose d’autres méthodes que la contraception hormonale. Appelées moyens contraceptifs définitifs, méthodes contraceptives irréversibles, ou stérilisation.

Découvrez les alternatives chirurgicales pour ne pas avoir d'enfant.

La stérilisation à visée contraceptive

Voici le terme utilisé par le monde médical pour évoquer les méthodes de contraception dites définitives. Ces dernières sont soumises à un processus pour vous prémunir d’un choix regrettable dans le futur. La stérilisation masculine ou féminine se déroule toujours en hôpital ou en clinique. Lors d’une première visite, le médecin est dans l’obligation de vous présenter l’ensemble des moyens de contraception existants, et un dossier informatif doit vous être remis. Il peut accepter ou refuser de vous prendre en charge. Dans ce cas, il doit vous orienter vers un autre praticien. Après cette consultation, un délai de quatre mois vous sera imposé. Passé cette période de réflexion, votre consentement écrit est nécessaire. Cette démarche déontologique est encadrée par la loi n° 2001-588 du 4 juillet 2001.

Considérées extrêmement fiables et irréversibles, ces opérations chirurgicales sur les organes reproducteurs ont comme tous les contraceptifs, leurs avantages, leurs inconvénients, et leurs limites. Je vous les détaille ?

La vasectomie, la stérilisation masculine comme autre moyen de contraception

La vasectomie consiste en une opération chirurgicale simple qui nécessite une anesthésie locale. Elle est réalisée en moins d’une demi-heure. L’urologue, le médecin qui la pratique, ligature les canaux déférents. La ligature est une fermeture, plus qu’une coupure. Le canal déférent est le passage emprunté par les spermatozoïdes pour se rendre des testicules à l’urètre. L’éjaculation est donc maintenue après l’intervention, mais perd son pouvoir fécondant : on parle alors d’azoospermie. Effectivement, le sperme contient environ 20 % de spermatozoïdes ; du liquide séminal, et d’autres sécrétions composent les 80 % restant. La vasectomie ne modifie pas la libido, le flux hormonal ou les capacités érectiles.

La stérilisation devient réelle au bout de trois mois. La première semaine, les rapports sexuels sont déconseillés. Une contraception mécanique, comme le préservatif, ou le diaphragme est alors nécessaire. Selon la direction générale de la santé, la méthode de contraception définitive est fiable à plus de 99 %.

Schéma contraception - vasectomie

L’intervention peut entrainer une courte hospitalisation, un hématome, et des douleurs qui s’atténuent dans le temps. Les hommes ont la possibilité de conserver leurs spermatozoïdes auprès d’un organisme spécialisé en amont, mais la capacité fécondante peut être altérée. Comme pour la ligature des trompes, la stérilisation est considérée comme irréversible, car les réparations chirurgicales sont lourdes, et ne garantissent pas un retour à la normale de la fertilité. Les tarifs sont très aléatoires, mais l’opération est remboursée à hauteur de 80 % par la sécurité sociale.

La ligature des trompes, le moyen de contraception visant la stérilisation féminine

Plusieurs méthodes existent pour ce que l’on nomme communément « ligature des trompes ».

Leur but est de rendre inaccessibles les ovaires par les spermatozoïdes. Effectivement, les trompes de Fallope font le lien entre l’utérus et les ovaires. Cette intervention de contraception définitive n’est pas censée avoir d’impact sur les règles, l’équilibre hormonal, les rapports sexuels, et le désir. Quelle que soit la technique utilisée, la ligature correspond à une occlusion ; un blocage ; instantanée.

Le médecin peut :

  • les ligaturer, donc les refermer
  • les sectionner
  • les électro-coaguler, c’est-à-dire détruire un morceau de tissu de la trompe par une fréquence électrique
  • ou l’obstruer par un clip, une pince, ou un anneau.

L’opération se pratique sous anesthésie générale par un obstétricien, qui peut accéder aux trompes par une ouverture de l’abdomen, dans le fond du vagin, ou par cœlioscopie. Cette dernière technique est la moins invasive. L’anesthésie entraine les risques et les effets secondaires communément connus. La cœlioscopie provoque dans les 48 heures qui suivent des gaz, et des douleurs dans les épaules et le thorax.

Schéma contraception - Ligature des trompes

Bien que les complications soient rares, des douleurs ventrales peuvent faire leur apparition. Il vous est alors conseillé de consulter. Faites de même si vous avez des vertiges, des coups de fatigue, des saignements en dehors de vos règles, ou si elles sont retardées. Le risque de grossesse extra-utérine existe.

La ligature des trompes est totalement prise en charge par la sécurité sociale.

Toujours en lien avec le cadre légal, la stérilisation à visée contraceptive n’est soumise à aucun critère marital, ou parental. Toutefois, certains médecins tenteront de vous en dissuader. Le délai imposé de quatre mois est peut-être l’occasion d’apprendre à connaître votre cycle ?

Article suivant

A propos de l'auteur

Olivia

Bonjour, moi c’est Olivia et je travaille dans le domaine du paramédical depuis 10 ans. Il y a quelques années, lorsque j’ai demandé à ma gynécologue pourquoi est-ce que mes amies avaient la même pilule que moi alors que nous étions très différentes, j’ai eu comme réponse « C’est le moyen de contraception le plus sûr et le plus confortable ». Mais elle essayait simplement de me refourguer sa « came habituelle » alors que je n’en voulais pas… J’ai envie de partager avec vous mes recherches et mes expériences de femme car je sais que ce combat social n’est pas des plus faciles.