Catégories
Contraception naturelle
18 octobre 2018 Laura

Les moniteurs de contraception pour reprendre en main notre féminité

Pour être actrice de ma méthode contraceptive, et pour assumer ma féminité, j’ai fait le choix de l’appareil contraceptif. Simple et fiable, ce petit outil technologique a changé ma vie. Voulez-vous savoir pourquoi ?

Les moniteurs empêchent-ils vraiment la fécondation ?

Si vous êtes en train de lire ce billet de blog, c’est que comme moi, vous vous questionnez sur votre contraception. Je vais tenter de vous faire partager mon expérience des appareils contraceptifs.

Ils appartiennent aux méthodes dites naturelles. Leur but est le même que celui de la pilule, du stérilet, du diaphragme, de l’implant ou du préservatif : réduire les naissances. Mais leur fonctionnement est totalement différent.

Les contraceptifs hormonaux, chimiques, masculins ou féminins sont là pour entrainer une infécondité temporaire. Les moniteurs ne produisent pas cet effet. Ils accompagnent les femmes, mais aussi les couples (si cette approche est partagée, c’est plus sympa J) qui souhaitent comprendre le fonctionnement de leur cycle.

La démarche est donc différente. La femme n’est plus cantonnée à un rôle passif quant à sa fertilité, mais devient réellement actrice de ses choix, se réapproprie son corps, et sa sexualité.

Avec les appareils contraceptifs, elle n’est plus face à un risque de grossesse qui peut subvenir n’importe quand, mais elle sait comment se déroule son cycle. De cette manière elle sait identifier son ovulation et par conséquent :

  • décide d’adapter sa sexualité, en optant pour une pratique intime autre que la pénétration vaginale
  • choisit une méthode de contraception mécanique comme le diaphragme, le préservatif

Les moniteurs contraceptifs vous indiquent votre période de fécondité, mais ne la bloquent pas. À vous de décider quel comportement adopter par la suite. Différents modèles existent. Voilà quelques informations utiles pour choisir le vôtre.

Les méthodes naturelles appartiennent à la planification familiale, c’est officiel !

Sachez que l’OMS reconnaît plusieurs méthodes naturelles :

  • celle des jours fixes est la moins sûre. Avec un bracelet munit d’une perle repère, il faut compter les jours fertiles manuellement
  • celle de la température basale consiste à prendre sa température tous les matins au réveil
  • l’observation de la glaire cervicale (sécrétion du col de l’utérus) est satisfaisante à 96 %
  • enfin, la méthode symptothermique qui comme son nom l’indique se réfère à différents symptômes, ou signes liés à l’ovulation. Elle dispose de 98 % de fiabilité. Elle associe en générale la température basale, l’observation de la glaire cervicale, et le positionnement du col de l’utérus.

Les pourcentages expriment, toujours selon l’OMS, une « efficacité en cas d’utilisation correcte et régulière » des moyens de planification familiale.

Toutes appartiennent à la contraception moderne. Toutes demandent une observation rigoureuse, qui reste difficile sans un outil adapté. C’est la fiabilité de ces observations qui rend ce moyen de contraception efficace. Les appareils contraceptifs sont là pour assurer une plus grande précision dans la collecte, mais aussi dans le traitement des informations nécessaires.

Quels sont les différents types de moniteurs ?

Ils sont semblables à des mini-ordinateurs, qui vont analyser les renseignements que vous relevez. Votre rôle est donc bien déterminant.

Certains vous demandent juste de rentrer la date de votre début de cycle, à plus ou moins quatre jours, et vous indiquent quand vous êtes supposée être fertile. À vous par la suite de faire un test urinaire pour vérifier votre taux d’hormone lutéinisante (LH). Ce dernier est plus élevé durant la période d’ovulation. Personnellement, je trouve le concept légèrement hasardeux. Je ne me suis pas fiée à un dispositif qui ne nécessite pas la date exacte du premier jour de mes règles. Ce genre d'appareil (type Clearblue) est choisi pour un suivi uniquement hormonal.

La plupart ne sont pas adaptés aux cycles courts, longs, ou irréguliers. C’est pourquoi j’ai opté pour le moniteur contraceptif Cyclotest MyWay, car il intègre, la multiplicité des cycles existants, mais également certains déséquilibres comme les saignements intermédiaires, la fièvre, ou une maladie bénigne, telle qu'un rhume. Il me permet donc d’avoir une vision globale, mais aussi de conserver une trace de mes éventuelles perturbations.

Cyclotest MyWay

Mon Cyclotest MyWay définit avec précision les étapes de mon cycle. Elles sont séparées en trois phases : non féconde, fertile, et hautement fertile.

Mon appareil est muni d’un thermomètre pour prendre ma température basale (dans la bouche) qui est enregistrée automatiquement. C’est sa fonction première. Mais en plus, je peux compléter ces données avec les résultats d’un test d’ovulation, la position de mon col de l’utérus, ou encore l’aspect de mes glaires cervicales.

En multipliant les observations et en les conservant méticuleusement dans mon appareil, je développe une meilleure connaissance de mon cycle, et de ma contraception.

Le Cyclotest 2 plus présente les mêmes fonctions, et son prix est inférieur. Son affichage et sa manipulation sont plus sommaires. Sa fiabilité est tout aussi exacte, mais Cyclotest MyWay reste pour moi plus facile d’utilisation. Il est tout simplement plus intuitif. Et si comme moi, vous n’êtes pas forcément matinale, il propose une option réveil !

Article précédent Article suivant

A propos de l'auteur

Laura

Salut, je m’appelle Laura et ma philosophie de vie est « Essaye, tu n’as rien à perdre ». Depuis quelques années, j’ai fini les études et je me suis lancée dans la vie active. Pas toujours évident de concilier travail, amis, famille et amour. Et quand on trouve finalement un équilibre, les gens nous posent toujours les mêmes questions : « Laura, toujours pas de petit copain ? », « Laura, à quand les enfants ? ». Difficile d’expliquer à ses proches que je n’en veux pas, tout simplement. J’ai envie de partager avec vous mon vécu en tant que femme et mon burn-out de cette pression sociale constante.